Cheveu Crépu: 5 choses que j’ai appris depuis que je suis naturelle

Il y a un peu plus de deux ans,  j’ai fait décidé de retourner au naturel. De porter ces cheveux crépus comme à la belle époque ou ma mère en prenait soin avec beaucoup d’amour. Après 7 ans de réflexions, à peser le pour et le contre, à réfléchir à ce nouveau moi, j’ai enfin sauté le pas et décidé de me débarrasser de mes pointes défrisées.

A ce moment là, si on m’avait dit que je serais là aujourd’hui à vous parler de cheveux crépus et à vous donner des conseils je me serais pincée en me disant quel cauchemar! Parce que oui ce petit nuage de coton que je chéris aujourd’hui n’a pas toujours  trouvé grâce à mes yeux mais comme on dit il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Le cheveu naturel est beau

Le déclic pour moi est venu en 2010, une année où j’étais en plein questionnement sur moi même, sur mon rapport aux autres mais surtout sur mon rapport à la beauté. Je passais des journées sur les réseaux sociaux (Youtube et facebook) à regarder et à baver devant les photos de toutes ces jeunes filles qui partageaient leurs astuces et leurs coiffures de naturelles. Mais j’étais comme bloquée car je ne m’imaginais pas un seul instant faire comme elle.  A ce moment là, je ne supportait pas de voir mes repousses tellement je les trouvais vilaines. D’ailleurs j’avais toujours un pot de défrisant et un lisseur à portée de main pour les rendre plus dociles (sisi je vous jure… impensable mais vrai).

Cheveu crépu

Avec le recul je me dis que j’ai eu de la chance d’être entourée par des personnes qui m’ont aidé à voir les choses autrement mais aussi et surtout à accepter que la beauté n’est pas une chose figée.

Je vous avoue que je fais la fière aujourd’hui mais j’ai mis de nombreuses années à y arriver. Ce n’est pas anodin. On entend, on voit tellement que la femme noire n’est belle qu’avec des cheveux longs et lisses qu’on fini par l’intégrer comme la seule vérité vraie. Rassurez vous mon discours reste le même sur la beauté et je ne pense pas avoir été en manque de repères quand à mon identité car à ce niveau là mes parents ont très bien fait leur boulot. Mais je crois qu’à l’adolescence, qu’on le veuille ou non, les représentations de la société déteignent sur nous et sur notre pouvoir à penser clairement. Pendant longtemps j’ai cru que ce cheveu que je porte fièrement aujourd’hui ne pourrais jamais être beau, mais surtout ne pourrait jamais convenir à la forme de mon visage (quelle absurdité!).

J’avais beau voir des filles magnifiques avec leurs cheveux crépus sur les réseaux sociaux que rien n’y faisait. Mon indécision persistait. Comment ai je pu? Comment en suis je arrivée à trouver quelque chose d’aussi naturel et inné que mon propre cheveu indigne de l’être?

Attention, je ne critique pas et ne jugerais jamais celles qui font recours au défrisant et ce n’est vraiment pas l’objet de ce post. Mais je crois que ma longue transition m’a permis de faire une introspection et de me poser les bonnes questions. Je me suis rendu compte que le cheveu fait tellement partie de nous qu’on a tendance à ne pas penser à ce qu’il symbolise réellement pour nous.

Tout le monde n’aime pas le cheveux crépus but it’s ok!

Parce que que j’ai assez d’amour pour eux que pour passer au dessus des paroles négatives.

C’est une évidence. On ne peut pas plaire à tout le monde mais ça ne doit pas vous frustrer. On est tous différents et les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas!

Cheveu crépu: comment j'ai appris a l'aimer

Ma plus grande fierté aujourd’hui est d’avoir pu convaincre certaines personnes de mon entourage qui étaient réticentes au début à sauter le pas.

Souvenez vous, les actes ont plus d’impact que les paroles. Et mes cheveux font tout le boulot pour moi. D’ailleurs, quand je me promène aujourd’hui dans la rue je suis fière de montrer à la terre entière que cette crinière est aussi belle que les autres, et que même si ce n’est pas toujours aisé d’en prendre soin, elle est unique.

Le cheveu crépu est versatile

J’en ai longtemps douté mais un fois qu’on les a sur le crane, on ne peut que se rendre à l’évidence. Il y a une certaine magie dans le cheveu crépu. Quoi vous n’y croyez toujours pas? Vous en connaissez beaucoup qui peuvent faire ce qu’ils veulent avec leurs cheveux? Passer du crépu au lisse et inversement quand ils le souhaitent, passer du long au court en quelques pschitt, ou encore changer de coiffure à l’envie…

pousse-4

J’en connais beaucoup qui n’y arrivent pas…

Toutes ces petites choses qui me font sourire au quotidien lorsqu’on me fait relever que mes cheveux ont encore changé, me font réaliser que j’ai fait le bon choix et vous savez quoi? Jusqu’ici, je n’ai aucun regret.

Le cheveu parfait est un mythe

Parce que même si je l’aime d’amour, il faut avouer que le cheveu naturel est souvent comme un enfant capricieux. Il y a des jours ou on a envie de le jeter aux orties mais lorsqu’on pense à sa beauté intrinsèque, on s’arrête tout de suite et on le cajole.

Le cheveu parfait n’existe que sur youtube ou sur photoshop et aucune d’entre nous ne se lève avec la boucle parfaite en mode « i woke up like this ». Il y a des matins (généralement ceux où je suis à la bourre) où mes cheveux refusent de coopérer. Mais ce n’est pas grave car les coiffures protectrices sont là pour nous sauver la mise, un peu comme le chocolat avec nos petits bouts.

Cheveu crépus

Au début de mon aventure capillaire en tant que naturelle, j’avais une obsession pour les boucles parfaites. Le twist out était d’ailleurs ma coiffure favorite. Mais plus le temps passe, moins j’ai envie de m’enfermer dans cette case de la perfection enrobée. J’aime ces boucles de coton qui font partie de mon être. D’ailleurs il m’arrive de plus en plus de sortir sans appliquer de gel sur mes baby hair sans me sentir mal dans ma peau.

La santé du cheveu est un gage de longueur

L’erreur que beaucoup d’entre nous faisons au début est de ne penser qu’à la longueur. Ce qui a pour conséquence qu’on en oublie parfois que comme pour tout, si on ne prend pas soin des bases, nous ne verrons pas les résultats de nos efforts. Après ma transition, je n’ai eu d’autre choix que de couper à nouveau mes cheveux pour repartir sur de bonnes bases. Ayant complètement fait l’impasse sur la santé de mes cheveux au profit de la longueur j’avais entraîné de la casse à certains endroits. Aujourd’hui, tout va pour le mieux et j’ai hâte de voir ce que la suite de cette aventure me réserve.

pousse-3

Et vous qu’avez vous appris depuis que vous êtes naturelles?

Bises et à bientôt

Suivre:
Share is caring

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *